J’ai essayé d’être le plus fidèle possible aux données qui m’ont été transmises, notamment sur la mise en place des sacs de barricade jusque dans le coloris : une face beige rosé (celle du dessous) et l'autre face bleu roi (celle du dessus).

Mais il manque un élément sur la vidéo qui n’échappera certainement pas au professionnel « le tremplin ».

Lors des essais, la maquette de l’avion n’ayant pas d’amortisseur sur le train avant, les résultats ont été décevants. Cependant, je ne désespère pas .On voit très nettement sur la vidéo les sacs de freinage se mettre en action.

Comment cela fonctionne ?

La barrière d'arrêt est reliée à la partie supérieure des mâts par une bosse cassante (boucle de nylon destinée à casser dès que l'avion engage la barrière. La partie inférieure est reliée à des sacs de freinage par une grosse manille. Ces sacs sont disposés de chaque côté du pont et sont reliés à celui-ci par une autre manille. Un câble manœuvré par un tire fort permet d'ajuster la tension du toron inférieur de la barrière. De même, un câble placé sur cliquet sur chaque mât permet d'ajuster la tension du toron supérieur.

Les sacs disposés de par et d'autre du pont, un de chaque côté pour un Alizé, trois pour un réacteur, sont constitués de torons de nylon disposés en aller-retour sur la longueur des sacs. Lorsque l'avion engage la barrière, celle-ci entraîne les torons les uns après les autres jusqu'à rupture. C'est la résistance à la rupture de chaque toron qui permet d'assurer un freinage progressif de l'avion jusqu'à son arrêt complet. Précision, chaque sac contient également des éprouvettes d'essai qui permettent de vérifier le bon état du sac. Pour ce faire l'éprouvette est tirée par un tracteur de pont d'envol jusqu'à rupture et l'on mesure la longueur d'allongement de celle-ci. Si celle-ci reste dans la limite admise le sac est bon sinon, il est réformé. Chaque sac à une durée de vie précise et contient donc le nombre d'éprouvettes nécessaire pour sa durée de vie.
Précision également, dans les cas d'un ramassage d'urgence de Cruz dans la barrière, une série de tremplins amovibles est mise en place devant le brin d'arrêt dans le sens d'engagement de la barrière. Ces tremplins ont pour rôle de relever le nez de l'appareil pour qu'il engage la barrière correctement lorsqu'il apponte.

Voici une photo avec le tremplin en place.


Trois types de barrières (une par type d'aéronef) elles sont constituées de deux torons de câbles nylon reliés entre eux par des lanières de 20 à 25 cm de largeur et espacés d'environ 1,5 à 2m. A noter que la barrière alizé ne possédait pas de lanières en son centre afin de permettre le passage de l'hélice sans découper la barrière.

- Pour ce qui est des tremplins utilisés pour le Crusader, ceux-ci sont au nombre de dix d'une longueur d'environ 2m sur 1m de large afin de couvrir un peu plus que la largeur de la piste oblique. De section triangulaire, chacun possède deux ergots pour ancrage dans le pont (emplacements prévus à cet effet) et deux sortes de poignées pour bloquer le toron de câbles de nylon inférieur. Au milieu du tremplin.

Pour ce qui est du positionnement des points d'ancrage des sacs de barricade, ceux-ci sont placés sur les carénages de poulies du brin n°4 et restent en permanence en place.

Les sacs de barricade étaient stockés dans des caissons à tribord et bâbord, au niveau du pont d'envol et dans les boulevards, accessibles directement à partir du pont.



Dans la construction des sacs de barricades, le problème était de loger 50 cm de filin en toron dans un sac 5 x2 cm .Pour cela je me suis servi d'un barillet de montre, je n'ai gardé que le ressort et son enveloppe sur lequel j'ai ajusté deux rondelles pour former un tambour et le tour est joué, et comme ceci l'enroulement se fait automatiquement. L'ensemble est monté sur une structure laiton avec un guide câble pour éviter les nœuds, l'enveloppe ainsi faite est habillé de tissus et l'on y vois que du bleu,
c'est normal la partie supérieure du sac est de teinte" bleu roi "et la partie inférieure coté pont beige rosé.

Fonctionnement des bras de la barrière


C’est un moteur de récupération comme tous mes moteurs, celui-ci provient d’un magnétoscope y compris son réducteur (celui qui sert à rentrer les cassettes) .Effectivement il est relativement imposant, mais il à 12 ans voir plus.
Il ne faut pas le comparer à celui situé à coté (moteur de caméscope) qui sert à lever et descendre le déflecteur

VIDEO BARRIERE